>

>

Deuxième avis - Pauline d'Orgeval

Pauline d'Orgeval - Cofondatrice et Présidente de Deuxième avis.fr (Paris)

Pauline, qui es-tu ? Pourquoi est-ce que tu as créé "Deuxième avis" ? 

Après avoir créé et dirigé pendant 10 ans la société 1001listes, j’avais envie de continuer à entreprendre mais sur des sujets d’intérêt général.  
Je suis donc « tombée » dans la santé, il y a maintenant presque 10 ans… pas tout à fait par hasard... D’abord, c’était l’un des rares secteurs qui ne s’était pas encore modernisé grâce au numérique et il y avait beaucoup de choses à faire, donc passionnant.

Ensuite, j’ai un enfant qui a un handicap et j’ai été, par conséquent, beaucoup confrontée au corps médical. La personne en situation de handicap est souvent un éclaireur des dysfonctionnements de la société et grâce à mon fils, j’ai eu plein d’idées pour améliorer l’accès aux soins des personnes avec handicap et au final, pour TOUS les patients.

En quoi consiste "Deuxième avis" ? 

 

Deuxiemeavis.fr est un service, sécurisé et innovant, destiné au patient et à son médecin.
Il facilite l’accès rapide à un haut niveau d’expertise médicale pour TOUS et ce, afin d’aider à prendre une décision éclairée dans les situations de santé complexes. Le recours à un avis spécialisé ou à un second avis médical existe déjà : "deuxiemeavis.fr" l’organise, le facilite et le démocratise, quels que soient le lieu de vie du patient et le réseau de correspondants de son médecin.

Ce recours à une expertise médicale spécifique est médié par une plateforme structurée et sécurisée qui permet un dialogue entre le patient (ou son médecin) avec un médecin expert, sur la base d’éléments de dossier transmis et d’un questionnaire permettant de préciser la situation et les questions induites.

 

Est-ce compliqué de remplir le dossier "Deuxième avis" ? 

 

Nous avons l’obsession de la simplicité, de l’accessibilité et travaillons à fond notre UX (expérience utilisateur).

Donc, non ce n’est pas compliqué, mais il y a un préalable : avoir récupéré son dossier médical pour pouvoir le transmettre. A ce niveau d’expertise, les médecins ont besoin d’avoir accès aux examens eux-mêmes.
Par exemple, à l’IRM et aussi, au compte rendu.

Qui sont les clients ? 

Nous n’avons pas de clients mais des patients confrontés à un problème de santé sérieux.
Cela peut être un cancer, une opération d’orthopédie à venir, un problème d’infertilité, cadio vasculaire ou autres.
Le service est entièrement pris en charge par nos partenaires complémentaires santé.

Quels sont les bénéfices pour les équipes soignantes et les patients ?

Les médecins soignants ont besoin que leur patient soit convaincu du protocole de soin proposé.

En cas de convergence (dans 75% des cas), un deuxième avis permet au patient :

  • d’être ré-assuré envers son équipe traitante,

  • d’aborder plus sereinement une opération ou un traitement, 

  • de mieux adhérer au protocole de soin,

  • d’être plus « observant » en terme de prise médicamenteuse.
     

En cas de divergence (dans 25% des cas), le deuxième avis permet d’éviter une opération inutile, d’accélérer l’accès à un traitement plus approprié ou encore de discuter avec l’équipe soignante des différentes alternatives thérapeutiques et s’impliquer dans la décision médicale.

 

Quels conseils aimerais-tu donner aux personnes qui viennent d’apprendre qu’elles ont un cancer, mais aussi aux aidants ? 

 

Je ne me sens vraiment pas du tout légitime pour donner des conseils sur ce sujet.
J’ai été, à titre personnel, plusieurs fois confrontée à des cancers de proches mais justement, je ne donnerais pas de conseils génériques. Peut-être juste un, déformation professionnelle oblige... qu’elles osent demander un deuxième avis avant d’aborder leurs prises en charge et les traitements.
Être persuadé qu’elles sont soignées le mieux possible en l’état actuel des connaissances médicales.