>

>

Guérie - Joséphine Outters

Joséphine Outters - 17 ans - Léucémie.

Peux tu te présenter et nous dire ce que tu as vécu ?

 

Je m'appelle Joséphine, j’ai 17 ans et je suis guérie et sortie d’un long combat.
J’ai un grand frère Gabin de 20 ans, un autre de 18 ans qui s’appelle Gautier et une sœur de 15 ans qui s’appelle Agathe.
Je vis chez ma maman à Paris et en 2015, on m’a diagnostiqué un cancer du sang, donc plus précisément une leucémie (la mienne est une lymphoblastique aiguë de type B).
Quelques années après j’ai rechuté, en 2018 (donc 3 ans jour pour jour) où je devais être en rémission et guérie.

Tu as reçu une greffe de moelle grâce à ton grand frère. Peux-tu nous partager cette expérience et ce lien que tu as avec lui ?

 

Comme j’ai rechuté, j’ai dû effectivement recevoir une greffe de moelle osseuse et pour ça, il faut faire des tests afin de trouver quelqu’un de compatible avec soi. Donc pour commencer, on teste les proches : les parents et les frères et sœurs pour voir si ils sont compatibles.
C’est rare mais il est possible qu'ils ne le soient pas et en ce cas, il y a des donneurs dans le monde entier.
Ça peut prendre des années avant d’en trouver un, c'est pourquoi, je vous invite à aller donner votre moelle osseuse pour les personnes en attente d’une greffe de moelle osseuse. 
 

Moi, j’ai eu beaucoup de chance car j’ai été compatible avec Gautier, mon grand frère, à 100%... c’est rare !
En réalité, ça ne m’a pas trop surprise parce que j’ai toujours été très proche de lui... Dans la façon d’être, on est un peu pareil, on se ressemble beaucoup et quelque part, j’ai l’impression de toujours l’avoir su.
Lui et moi sommes fusionnels, très proches.
Toute ma vie, je sais que je ne le remercierai jamais assez de m’avoir offert, quelque part, une seconde chance pour vivre.

 

La tribu, c’est toutes les personnes qui nous soutiennent quand on est malade.

Qu’est-ce qui t’a le plus aidé dans cette période ?

Il y a beaucoup de monde mais principalement mes frères et ma sœur, mes parents, mes grands-parents, mes amis, les infirmières, l’association "Princesse Margot", des amies de l’hôpital aussi que je me suis faites, beaucoup d’amis de la famille, mes médecins. Tous m’ont aidée à surmonter cette épreuve et m’ont donné le courage, la force et l’espoir de vivre une vie meilleure après.
Ce qui m’a aidé en dehors des gens autour de moi, c’est cette réflexion qui m’a permise de prendre conscience d’énormément de choses. Parce que finalement quand on est enfermé, on s’occupe mais on réfléchit beaucoup aussi et ça permet de grandir, parfois ça fait peur mais je suis passée par là et je ne regrette pas. Je ne prends pas ma leucémie comme une maladie mais plutôt comme une force aujourd’hui. C’est mon combat et ça fait parti de moi. Ça fait de moi la personne que je suis devenue. Ce n’est pas toujours facile parce qu'aujourd’hui, j’ai un point de vue tellement ouvert et différent d'auparavant que parfois c’est difficile de l’expliquer.

Quel message voudrais-tu transmettre aux personnes qui lisent ton témoignage ?

Passer au dessus de certains conflits en se rappelant chaque jour que parfois la vie peut-être injuste, mais tout en prenant conscience que chaque histoire touche chaque personne à sa manière.
On pense que ces choses-là n’arrivent qu'aux autres, mais non, ça arrive à tout le monde ! Ça nous tombe dessus et on ne choisit pas. J’aimerais leur faire prendre conscience de la chance qu’ils ont de pouvoir marcher dans la rue, de pouvoir manger ce qu’ils souhaitent, de vivre intensément leur vie en ne tenant pas compte du regard des autres (parfois fermé ou dans l’incompréhension).
Vous savez alors ce qui vous rend réellement heureux et vous savez qui vous êtes ou vous appuyez sur l'autre lorsqu’il est bienveillant.
Juste leur faire comprendre que la vie n’est pas éternelle et on ne sait pas de quoi demain est fait :

alors profiter de chaque jour, chaque instant, chaque minute, c’est important. Profiter des gens autour de vous que vous aimez, soyez heureux c’est important. Il faut saisir chaque chance telle qu’elle est lorsqu’elle nous rend heureux.

Quels conseils pourrais-tu donner à des patients qui passent par la maladie ?

Je sais que ce n’est pas facile, que c’est long et sans fin. 
Je pense que se donner des objectifs fait passer le temps plus vite, c’est difficile mais vous pourrez ensuite être fier.e de vous.
Le plus important, c’est évidemment la santé mais le moral joue beaucoup alors, essayez de penser à des choses qui vous rendent heureux.se, des choses positives et profiter des petits moments que la vie vous offre.
Ne doutez jamais de vous, n’ayez pas peur de vos choix et assumez-les !

Faites attention à vous ;)