>

>

Nutritionnisme - Eléonore de Croÿ

Eléonore de Croÿ - Ayurvéda & Nutrition ayurvédique & fondatrice du centre Ahimsa (91)

 

Eléonore, qui es-tu ?

Jeune, j’étais toujours malade. J’ai dû me battre pour trouver un équilibre physique et psychologique avec deux parents malades toute leur vie. J’en suis naturellement arrivée à l’ayurvéda qui donne une vue d’ensemble intéressante et qui explique pourquoi certaines méthodes marchent pour certaines personnes et pas pour d’autres. La philosophie ayurvédique place l’homme dans un contexte naturel

et dans un environnement très large. Etre remis dans un contexte large permet de retrouver le sens de son histoire. Et lorsque l’on comprend le sens de son histoire, on peut guérir… L’ayurvéda est une méthode qui permet d’avoir une approche globale : corps, esprit, alimentation et la maitrise du souffle. Mais l’ayurvéda était la touche finale de mon parcours thérapeutique.  

 

Pourquoi donnes-tu des formations en nutrition ayurvédique dans le centre Ahimsa que tu as créé ?

 

On achète des compléments alimentaires hyper chers pour compenser des erreurs que l’on ne change pas : boire de l’eau froide, manger de la glace, manger tard le soir, se coucher tard (après 22H30) et manger des produits industriels.

 

Manger sainement est une question de bon sens, il faudrait peu de choses pour y parvenir :

 

  • Manger des produits naturels, de saison et locaux,

  • Manger des repas simples à base de fruits, de légumes et de céréales principalement,

  • Éviter les desserts à la fin des repas,

  • Arrêter toute forme de sucre raffinés,

  • Réduire fortement les sucres et les sels cryptés qui sont cachés dans l’alimentation industrielle.

 

Une étude du Docteur Staye (0hio,USA) a mis en place un programme de nutrition saine sur des détenus.

Il a observé une baisse de 92% de la violence dans la prison. Mais aussi 87% de réduction de la consommation de drogue et 42% de réduction de taux de suicide.

 

Et pour info, En 1900, on consommait 2KG de sucre par personne et par an aux US quand, En 2015, on consommait 60KG toujours par personne et par an (soit 164 g/jour, soit 32 morceaux de sucres).

 

Cela ne veut pas dire qu’il faut arrêter la valeur sucrée. Mais la consommation de sucre blanc provoque des pics d’hypoglycémie dont la conséquence immédiate peut être une violente crise d’anxiété, une baisse de capacité d’apprentissage, particulièrement pour les malades d’autisme et de syndrome Asperger.

 

Le sel quant à lui augmente de 20% le poids de la viande dans les produits industriels. La consommation de sel est la cause principale des maladies cardiovasculaires et une étude de l'université du Delaware datant de 2009, démontre que le sel endommage le cerveau et le système nerveux. La consommation idéale serait de 1Kg par personne et par an. Or, plus de la moitié de notre consommation de sel est cryptique : nourriture industriel, sauces, céréales, boissons, pâtisseries, beurre…

 

Parle nous du lien entre les saveurs et les émotions en Ayurvéda ?

 

La nourriture donne des émotions et des saveurs différentes, chacune de ces saveurs va agir sur nous d’une façon ou d’une autre.

La saveur sucrée renforce le moi, c’est pour cela que les enfants ont besoin de saveur douces. Peu à peu il va changer de goût qui va lui faire découvrir des aspects de la vie et des émotions différentes. Jacob BHOEM philosophe du moyen âge, premier physicien quantique, traite des saveurs dans l’introduction de son premier livre.

 

La saveur acide dissout et permet d’intégrer, l’enfant assimile le monde en lui grâce aux saveur acides. Si on pousse l’acide trop loin on développe l’agressivité, la jalousie. Ex : le citron.

 

La saveur salée donne le sens du plaisir, elle pousse à l’hédonisme : les algues, le sel, les feuilles vertes.

 

La saveur amère facilite les transformations, souvent les enfants n’aiment car ils sont en construction, et ont besoin de stabilité. Ex : les endives, les artichauts.

 

L’astringeant pousse au repli sur soi : thé noir, la menthe, les raisins

 

Le piquant : dans le poivre, il y a toutes les saveurs, il est bon pour tout le monde mais surtout les kapha, attention aux pitas qui sont déjà très enflammés.

 

Comment s’organisent les repas en Ayurvéda ?

 

En Ayurvda, on dit que l'alimentation est le premier geste de santé. On mange trois fois par jours. Le repas principal est celui du midi.

 

Le petit déjeuner idéal est vers 8h30, idéalement chaud, liquide, léger à digérer. Il doit contenir un corps gras (amendes, noix, huile…). Il faut du corps gras pour nourrir le cerveau.

 

Le déjeuner idéal est entre midi et 13h30, c'est le repas principal de la journée, il est composé de légumes verts, céréales, épices, corps gras (huiles, beurre clarifié qui est meilleur que l’huile pour la santé), oléagineuses (noix, amendes, sésame, pignons de pain), légumineuses (lentilles haricots, pois chiches), et éventuellement des protéines animales.

 

Le dîner idéal entre 18h30 et 19H30, doit être un repas léger, liquide et chaud au moins  en hiver. : soupe, céréales, pain, riz … Jamais de fromage, d’œufs, d’alcool, et de repas lourds le soir car ils réduisent fortement la qualité du sommeil.

 

Qu’en est-il des repas à travers les saisons ?

 

Cela s'appelle la ritu charia ou discipline des saisons.

 

Fin de l’hiver et printemps : C’est la saison Kapha, il faut manger une alimentation digeste, chaude et relevé qui réchauffe.

Été et début de l’automne : manger des aliments rafraîchissants et nourrissants comme des légumes, des corps gras et des céréales. Mais aussi des herbes fraîches et des épices rafraîchissantes comme la cannelle car la cannelle réduit la chaleur dans le corps.

Automne et début de l’hiver : il faut une alimentation nourrissante, un peu grasse, chaude et liquide, avec une saveur douce (céréales, fruits secs, oléagineux)

 

Quels sont les 5 aliments indispensables pour être en bonne santé ?

 

Légumes verts de saisons, bios et locaux,

Oléagineux trempés (amende, noix trempés la nuit dans l’eau),

Céréales semi complètes,

Fruits frais de saison locaux et bio,

Épices qui aident à assimiler les nutriments, augmentent le métabolisme et éliminent les toxines.

 

On parle beaucoup des produits locaux à circuits courts qui préservent la fraîcheur des produits et saisonniers ?

 

La nature produit ce qui rétablit par rapport aux conditions climatiques extérieures

Ex : la noix de coco rafraîchit elle pousse dans les pays chauds, l’avoine réchauffe et pousse dans les pays froids. Les herbes fraiches qui poussent en été refroidissent.

Les plantes qui résistent en hiver sont réchauffent.

Les plantes qui sont détruites en hiver n’ont pas de qualité réchauffantes.

On parle des tomates que l’on trouve toute l’année ?

 

Le problème des tomates est surtout que l’on mange la peau, qui contient de la solanaline qui est une toxine qui charge le corps si on en consomme trop.

 

Dans l’ordre, quelles sont les préférences de cuisson ?

 

Feu de bois / Gaz / Électricité / Micro ondes

Rejoignez-nous :

  • Facebook
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube

© 2019 Sophie Renard