>

>

Naturopathie - Céline Vaquer

Céline Vaquer - Naturopathe et iridologue (26).
 

Céline se forme depuis 19 ans, elle est passionnée par tous les sujets qui permettent de tendre vers la régénération et la pleine santé : la macrobiotique, l’ayurvéda, l’usage des plantes, les huiles essentielles, les fleurs de Bach et autres élixirs de fleurs, les élixirs minéraux, l’EFT, le phosphénisme … Ainsi que différentes techniques énergétiques.

Céline habite dans la Drôme, en France et consulte sur Montélimar, Lyon et Paris et aussi à distance par Skype.

Céline, comment êtes vous devenue Naturopathe ?

Jeune, j’aurais voulu être commissaire priseur, mais j’ai démarré ma vie professionnelle dans une multinationale, où je travaillais avec des chercheurs. Après 11 ans, j’ai arrêté car je n’étais plus en adéquation avec ce que je faisais.
Les difficultés de la vie m’ont amenée à m’intéresser aux médecines douces.  J’ai suivi des études de Naturopathie dans différentes écoles pendant 6 ans, tout en travaillant dans des magasins bios. Puis j’ai eu une grave maladie du Pancréas, que j’ai soignée seule avec ce que j’avais appris. Une fois guérie, j’ai ouvert mon cabinet en région parisienne à Verrières-le-Buisson. 

Lorsque mon fils avait trois ans, il a été diagnostiqué dans un hôpital près de chez moi d’un cancer de la vessie et de la prostate. Je n’y ai pas cru, mais le médecin était insistant et préconisait une chimiothérapie. J’ai pris un second avis à l’IGR, l’oncologue y a demandé de vérifier les clichés. Leur analyse a montré de simples calculs rénaux, pas de cancer. 
 
Depuis cet épisode éprouvant, j’ai besoin de comprendre la guérison : il est impossible que l’un puisse guérir, l’autre pas. Si tout le monde ne va pas mieux et n’a pas une meilleure qualité de vie. Soit je me suis trompée, soit je n’ai pas assez de connaissance. Alors je continue à me former. 

Lorsque vous accueillez une personne, comment travaillez-vous ? 

Je prends le temps d’accueillir la personne qui m’appelle. Elle est en souffrance et une partie de mon travail est l’accueil, l’écoute, la disponibilité, le temps. Le premier rendez-vous dure deux ou trois heures. La personne raconte son histoire, celle de sa famille, sa vie, son travail, ses relations, ses émotions. Je lui laisse le temps de s’exprimer. Nous échangeons longuement au sujet la maladie afin de m’assurer que la personne la comprenne. Puis nous faisons le point sur l’alimentation afin que je rectifie le régime alimentaire. Comme je suis iridologue, j’analyse son Iris. Enfin, je lui explique comment le corps fonctionne, comment il faut mastiquer…

A la suite du rendez-vous, je prends contact avec son médecin traitant afin de travailler ensemble. Une fois les analyses complémentaires reçues et en accord avec le médecin, je leur propose la supplémentation de complément alimentaires tout le temps de la maladie. 

Quels conseils pourriez-vous donner à une personne qui vient d’apprendre qu’elle est malade ? 

1 - Le premier conseil serait d’observer son mode de vie, observer son mode alimentaire. 


Et se poser la question suivante : et si seulement mon mode de vie, mon hygiène de vie était la source de cela ? 

Manger vite, manger beaucoup de sucres ajoutés en grandes quantités, des produits industriels, des fast-foods… Aujourd’hui, on mange vite, on dort mal, tout va très vite. 

Prendre le temps de regarder cela chez soi est essentiel. 
Et si on a du mal à changer ses habitudes alimentaires, alors on se fait aider. 

Car non, ce n’est pas normal d’avoir des gaz, ce n’est pas normal de mal dormir, ce n’est pas normal de prendre des médicaments pour dormir, ce n’est pas normal d’aller à la selle tous les trois jours, ce n’est pas normal de se laisser envahir par des émotions mal gérées. 

2 – Mastiquer, mastiquer, mastiquer…

L’idéal serait de mastiquer 40 fois avant d’avaler un aliment. En plus de faire du bien à son corps, cela permet d’apprécier davantage ce que l’on mange. 

3 – Être acteur de sa santé, il y a trois phases dans la maladie :

  • La prévention, qui se traduit par faire attention à tout ce qui entre dans notre corps : alimentaire, émotionnel, environnemental de l’air que l’on respire, à la crème que l’on se met sur la peau. 

  • Gestion de la maladie sur tous ses aspects : physiologiques, alimentaires, émotionnels, énergétiques

  • La guérison : la surveillance, le contrôle, l’hygiène de vie, sport, alimentation, sommeil.

 

Le fil rouge de tout cela c’est la qualité de vie. 


Manger sainement, dormir sainement, vivre sainement. 

Rejoignez-nous :

  • Facebook
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube

© 2019 Sophie Renard