>

>

Guérie - Arzelle Saighi Camenen

Arzelle SAIGHI CAMENEN – Guérie, Hôtesse de l’air & forum des hôtesses de l’air contre le cancer

Arzelle, peux-tu m’expliquer ce qu'il t’est arrivé ?

Je m’appelle Arzelle, j’ai 43 ans, je suis hôtesse de l’air et maman de trois enfants. En octobre 2015, on m’a annoncé que j’avais un cancer du sein. Voilà, et… Un cancer qui nécessitait de la chirurgie, de la chimiothérapie et de la radiothérapie.

Quand on t’a annoncé que tu avais un cancer, comment as-tu réagi ?

La première chose à laquelle j’ai pensé, c’est le fait que j’allais mourir et qu’on allait séparer mes enfants, j’ai deux filles d’une première union et un petit garçon d’une seconde, et j’ai pensé à leur séparation. "Voilà, je vais mourir, en plus on va séparer mes enfants, ils ne vont plus se voir, ils ne vont pas grandir ensemble". Mon entourage m’a raisonnée, et puis, je me suis dit que non, j’allais me battre. Il est hors de question de mourir, je veux les voir grandir, je veux les voir se marier et je vais m’occuper de mes petits-enfants.

Justement, avec le temps, comment es-tu passée de « je vais mourir » à la personne aussi rayonnante que tu es aujourd’hui ?

 

En fait, cela a été super rapide. Sur le moment, je pensais à ma mort puis j’ai vu mon médecin généraliste qui m’a dit « écoute, voilà comment ça va se passer, il faut que tu vois un oncologue, un chirurgien… ». On n’y connait rien en fait... Mais tout de suite j’ai cherché de l’aide autour de moi et sur facebook. En surfant, je suis tombée sur le forum « les hôtesses de l’air contre le cancer ». J’y ai envoyé un SOS. Très vite, Véro, une hôtesse a répondu et m’a donné de l’espoir car elle avait vécu la même chose et elle avait repris les vols. Je me suis dit «si elle l’a fait, je peux le faire aussi. Il est hors de question que je ne le fasse pas ». Et très très vite, tout s’est mis en place, le « punch » a repris le dessus.

 

Qu’as-tu fait dans ton quotidien de personne malade pour rester en forme et garder le moral ?

 

Je me suis mise à fond, mais à fond, au sport. Toute la haine, la rage, je l’ai mise dans le sport. Je me disais « plus tu vas transpirer, plus tu vas éliminer tout : la chimio, les cellules cancéreuses… ». A chaque marche, au début je ne pouvais que marcher car j’étais KO avec les traitements… Chaque marche était la marche de ma vie, j'avais la musique à fond dans les oreilles… Je me voyais championne olympique tous les jours ! ça a été mon leitmotiv. Le sport, le sport, le sport ! Toujours faire plus. Et plus j’en faisais, et plus ça me motivait, je me disais que rien ne pouvait m’arriver.

 

Arzelle, aujourd’hui tu resplendis. Est-ce que tu es guérie ? Où en es-tu,  comment envisages-tu la vie maintenant ?

 

Ouiiii, je suis guérie, j’ai fini tous les traitements. Où est-ce que j’en suis ?

La vie m’appartient, le monde m’appartient aujourd’hui. Voilà !

 

Comment est-ce que tu organises ton quotidien ?

 

Tous les jours, je me lève, je m’occupe de mes enfants. Une fois qu’ils sont à l’école, je vais au sport… Une vie normale, mais toutes les petites choses sont devenues belles. Je vois un oiseau, je trouve ça beau, le ciel est bleu, c’est beau. Il pleut, bah ce n’est pas grave, il pleut, on a besoin de la pluie. Je prends le bon et je laisse le mauvais. Je suis beaucoup moins stressée pour plein de choses, j’essaie de ne pas polluer mon esprit avec des idées sombres et inutiles.

 

Quels sont les conseils que tu donnerais à une personne qui vient d’apprendre qu’elle est atteinte d’un cancer, plus ou moins grave, qui est sidérée et ne sait pas comment agir ?

 

C’est compliqué comme question, car c’est hyper personnel. Chaque personne attend peut-être des choses différentes. Moi je sais que j’ai eu besoin de soutien. Sans le soutien de ma famille, de mes amis, et des gens que je ne connaissais pas sur le forum, je n'aurais pas vécu la maladie de la même manière… Cette solidarité autour de moi était essentielle. Donc si c’est moi, le premier conseil serait de ne pas rester seul, et exprimer tout ce que l’on ressent. Je n’ai pas voulu partager avec ma famille, car je ne voulais pas les inquiéter. C’est là que le forum m’a beaucoup aidée.  Sur le forum, j’ai pu  partager  mes peines, mes joies, mes douleurs... C’est important, de pouvoir exprimer ce que l’on ressent, de ne pas garder les émotions en soi. Et s'entourer. La positive attitude quoi ! Tout le temps. C'est hyper important.

 

Mais avant tout : FORCE ET COURAGE !

Rejoignez-nous :

  • Facebook
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube

© 2019 Sophie Renard