CODE DE DÉONTOLOGIE DU LIFE PLANNER

Le code de déontologie a pour but d'informer les membres de l'association des critères d'éthique qu'ils seront tenus de respecter dans leur pratique professionnelle en tant que membres de l'association Kintsugi. Le code de déontologie vise en outre à informer le public et la personne accompagnée du comportement qu'il peut attendre de la part des membres de l’association Kintsugi (la vie kintsugi).

I - ENGAGEMENTS  DU LIFE PLANNER

Le life-planner s’assure vis à vis de la personne accompagnée qu’elle est suivie médicalement par son médecin traitant, son oncologue et ou un cancérologue. Si la personne refuse d’être soignée par un médecin, alors le life-planner refusera d’accompagner. Le life-planner peut aider la personne en complément de la médecine, mais jamais à sa place.

L’accompagnement : Le life-planner exerce cette fonction en s’appuyant sur sa  formation initiale, dont il est certifié d'une école ou diplômé d'une université.

Confidentialité : Le life-planner s'engage au secret professionnel. Le life-planner pourra prendre des notes au cours de la séance, elles lui serviront à l'accompagnement mais ne pourront en aucun cas être diffusées ou montrées à une tierce personne. 

Supervision : L'exercice professionnel de l’accompagnement nécessite impérativement un suivi en supervision une fois par mois, qui peut être complété par une co ou une intervision, il doit pouvoir fournir une attestation.  Le superviseur doit lui même avoir suivi une formation de psychothérapie, de coaching et de supervision. 

Respect des personnes : Conscient de sa position, le life-planner observe une attitude de réserve en toutes circonstances et s’attache à  respecter les valeurs propres de l’accompagné. Il s’abstient de toute forme de prosélytisme, d'abus de pouvoir ou d’influence mais s'engage à être bienveillant. 

Obligation de moyens : Le life-planner prend tous les moyens propres à permettre, dans le cadre de l’accompagnement, le développement personnel et professionnel de l’accompagné. 

Refus d'accompagner : Le life-planner peut refuser un accompagnement pour des raisons propres à l'organisation, au demandeur ou à lui-même. Après avoir expliqué les raisons, Il indiquera à la personne accompagnée un de ses confrères qui pourra alors le remplacer.

 

II - ENGAGEMENT VIS-À-VIS DE L’ACCOMPAGNE :

Protection : Le life planner se doit d’avoir une démarche bienveillante, être dans l’écoute, le non jugement, et authentique, "tout ce que je dis, je le pense". 

Lieu : L’accompagnement peut se faire dans les locaux de l’association, à l’hôpital ou par skype en e-life planner.    

Responsabilité des décisions : Le life-planner laisse la responsabilité de ses décisions à la personne accompagnée.

Intention : Le life-planner met tout en oeuvre pour que la personne accompagnée puisse atteindre son autonomie. 

Permission : Le Life-planner laisse parler, invite l’accompagné au droit à l’erreur, invite à oser, invite à essayer.

 

III - ENGAGEMENT VIS-À-VIS DE L’ASSOCIATION KINTSUGI

Protection : Le life-planner est attentif au métier, aux usages, à la culture, au contexte et aux contraintes de l'association kintsugi pour laquelle il travaille et qu’il représente. Il s’abstient de tout propos qui pourrait porter atteinte à l’association.

Engagement : Le life planner s'engage à s'occuper de lui-même, à être accompagné et supervisé. 

Restitution auprès de l'association : Le life-planner ne peut rendre compte de son action à l'association qu’avec l’accord de l’accompagné et dans les limites établies avec celui-ci. 

Equilibre de l'ensemble de l'écosystème : L’accompagnement s'exerce en soutien des soins et des équipes médicales.

Rejoignez-nous :

  • Facebook
  • LinkedIn
  • Twitter
  • YouTube

© 2019 Sophie Renard